La Monster, la roue la plus démesurée actuellement sur le marché. Il en existe plusieurs déclinaisons, toutes plus démesurées les unes que les autres, avec notamment la démocratisation de la version 100V qui offre des reprises plus importantes, au détriment de l’autonomie globale.

J’ai fait le choix d’acquérir une version 84V, avec 2400Wh de batterie totale en septembre 2019 : ce qui offrait le plus d’autonomie imaginable. Le constructeur annonce plus de 150km, mais on sait bien que ces chiffres sont obtenus —si tant est qu’ils ne soient pas simplement théoriques— dans des conditions de circulation assez éloignées de la réalité, exactement comme les consommations annoncées des voitures thermiques.

Alors, pour se faire une vraie idée, le mieux est encore de l’utiliser un moment, et de voir ce que ça donne réellement, au niveau de l’autonomie bien sûr mais pas uniquement car il y a plein d’autres critères qui entrent en compte à l’usage comme le confort, le temps de charge, la présence ou non d’éclairage, etc.

Pour la vidéo, voyez ci dessous. Pour la version texte, continuez de lire !

D’abord, un petit rappel de la situation. J’ai acheté cette roue pour m’accompagner dans mon voyage en écosse en van. J’en attendais donc surtout de l’autonomie, autant que possible car j’anticipais de ne pas pouvoir la recharger après chaque sortie. Et je peux vous dire que c’était plutôt bien vu ! 

Plus d’autonomie voulait donc pour moi dire plus de sorties entre chaque recharge, mais pas forcément des sorties plus longues, au contraire. J’apporte cette précision car beaucoup utilisent l’autonomie de cette roue pour faire des sorties aussi longues que possible. Du coup il faut aussi charger après chaque sortie… on n’a donc rien gagné de ce côté là.

Bref, ceci étant dit, elle est comment cette Monster ?

Points positif

Comme partout, il y a du positif et du négatif. Commençons par le positif : 

  • L’autonomie : sans surprise, on peut faire beaucoup de km sur une charge. Pas forcément 2,5x autant que la Tesla, mais largement assez pour ne pas trop avoir le stress de la panne sèche en cas d’imprévu ! De mon côté j’ai pu faire entre 2 et 3 sorties par charge, plutôt pas mal donc.
  • Le confort de glisse : C’est un tapis volant.
    • Une grande roue passe mieux les petites imperfections de la route. Je ne parle pas des gros nids de poule évidemment mais sur un chemin en terre battue pas trop destroy, c’est un régal.
    • Une grande roue augmente la garde au sol, ce qui permet de passer au dessus d’obstacles un peu plus haut. Avec précaution quand même, si on juge mal et que la pédale reste accrochée, c’est la gamelle assurée. Mais ça c’est vrai pour toutes les gyroroues !
    • Des cale pieds plus grands qui améliorent le grip et la sensation d’être en contrôle de ce monstre de près de 30kg.
  • La Précision de pilotage : Étonnamment souple et précise, après un temps d’adaptation quand même.
    • À Petite vitesse : super maniable (à condition d’engager un peu plus le bassin !)
    • A vitesse élevée : la stabilité est exemplaire. Au détriment de la nervosité dans les virages, mais ça on en reparle plus tard.
  • Le feu avant : Il éclaire bien la route, suffisamment large et puissant pour remplir son rôle.
  • Le bouton coupe-circuit : Ça fait gadget au départ mais c’est quand même hyper pratique, une volée de marches ou de caillasses à monter, un coup de coupe-circuit, et la roue reste sage pendant qu’on la soulève. Il devrait quand même être amélioré dans son ergonomie, on en parle après.
  • Le haut parleur : je trouvais cela ridicule au début mais dans la pratique, c’est pas mal : on a toujours l’enceinte avec soi, et avec la batterie chargée. Je l’ai utilisée pour deux choses : 
    • Le guidage GPS : ça évite de trop regarder son écran donc mieux pour la sécurité
    • De la musique sur piste ou zone avec des piétons : cela avertit plus calmement qu’un coup de pouet pouet que quelque chose arrive et évite les bonds de côté et regards furieux des piétons. Mais attention, tranquille la musique, il ne s’agit pas de se faire détester non plus !

Points négatifs

Et maintenant les points négatifs… Certains sont à mon sens assez objectifs, d’autres relèvent plus de mon utilisation perso donc à prendre avec un grain de sel.

  • La lenteur de charge : A l’origine, la roue est livrée avec un chargeur de 1,5A. Le même qu’on a sur des roues avec 10x moins d’autonomie. Pour moi, c’est une grosse blague : une charge complète met plus de 24h ! J’utilise de mon côté un chargeur 5A ce qui permet une charge complète en un peu plus de 6h.  C’est mieux, mais je suis quasi certaine qu’il y aurait moyen de faire largement mieux avec un peu de volonté de la part de GotWay.
  • Puissance moteur et son influence sur le freinage : Sur une gyroroue, le moteur sert à la fois tenir le pilote en équilibre, à accélérer et à freiner. Pas de freins mécaniques donc. Conséquence de quoi la monster souffre de la taille de sa roue notamment sur les distances de  freinages et ce d’autant plus qu’on est en descente. C’est un facteur qu’il faut vraiment intégrer quand on la pilote pour ne pas avoir une conduite à risque.
  • L’absence de feu arrière : Je parle d’un feu arrière rouge pour être vu, pas du petit bandeau led fort mignon mais totalement inutile sur le plan sécuritaire.
  • L’absence de Trolley : J’utilise ma roue pour faire des balades dans la nature, mais aussi pour faire mes courses de la vie quotidienne. Et là bien souvent, pouvoir pousser confortablement sa roue à une main grâce au trolley est proche de l’indispensable. La Monster n’a pas de trolley, oui je sais elle est lourde et ce serait pas facile à faire mais hé : elle est pas gratuite non plus, j’estime que Gotway a le droit de faire un peu de conception dessus ! Bref, sans trolley on n’a que deux solutions : laisser la Monster à l’entrée, sans surveillance, ou la pousser en mode Casimodo… 
  • Le poids de la bête : je sais bien que c’est « normal » et que ce sont les batteries qui pèsent, mais j’en parle car parfois on sous-estime peut être cet aspect : monter un escalier avec ce parpaing de plus de 30kg…. c’est l’enfer. D’autant que le bouton du coupe-circuit, aussi pratique soit-il, est très inconfortable à l’usage et taillade dans les doigts donc c’est double peine !
  • L’encombrement : La roue est grande, c’est ce qui fait son charme et lui donne plein d’avantages, mais quand il faut la mettre dans le coffre de la voiture elle en, occupe une bonne partie. Ne parlons même pas de la soute de Marcel…

J’ai bien conscience que cela fait pas mal de choses dans le négatif. Mais comme je dirais qu’il y a de l’objectif et du subjectif là dedans, à pondérer donc en fonction de tes usages personnels. 

Ma conclusion

Selon moi et avec la pratique que j’en ai, la Monster est une super roue pour qui veut rouler loin, longtemps, et confortablement. Il faut la voir comme un véritable véhicule, plus que comme une moyen de transport complémentaire (l’exact opposé de la vision des EDPM dans le décret, en somme). 

Notons quand même que la roue est à mon avis largement perfectible sur la vitesse de charge, l’éclairage arrière et la présence d’un trolley, choses qui peuvent être plus qu’utiles en usage urbain et quotidien.

Pour mon utilisation en mode nomade par contre je trouve que les points négatifs l’emportent, notamment sur le poids et l’encombrement mais surtout sur la lenteur de charge. 

Je savais bien que cette roue était particulière et j’ai fait le pari que les inconvénients allaient être gommés par les avantages de la roue. Je remercie d’ailleurs IronWheel qui m’a permis de rouler sur plusieurs balades avec sa Monster rouge et or (oui, oui, la célèbre !) pour me faire un vrai avis avant de l’acheter. Mais dans la pratique de la vanlife, ce n’est pas si évident : la recharge prend le temps qu’elle prend qu’on soit d’accord ou pas, le poids est toujours présent, etc.

En somme, choisir une Monster n’est pas anodin. 

J’en veux une, ou la trouver cette roue ?

Si la lecture de cet avis t’a conforté dans l’idée que cette roue est faite pour toi et que tu veux t’en procurer, plusieurs options s’offrent à toi. Cette roue hors norme n’est pas toujours disponible et encore moins en stock chez les revendeurs habituels de micro-mobilité électrique, car elle s’adresse à une frange de passionnés de la glisse électrique uniquement. J’ai pour ma part passé commande chez BlackDealDay, revendeur en ligne basé en suisse qui se charge de l’import des roues et des formalités de douane. Un service après vente est possible, selon les options choisies lors de l’achat. Plusieurs tarifications sont ainsi disponibles en fonction des options, notamment de garantie SAV, sont disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page