Une question qui revient sans cesse dès qu’un engin est électrifié c’est bien sûr celle de son autonomie. Question légitime : il est préférable de savoir si une sortie est faisable ou si on va se retrouver en panne sèche avant la dernière côte !

J’ai donc voulu tester jusqu’ou je pouvais emmener mon VTTae. Equipé de 500Wh de batterie, ce qui est bien pour un vélo de 2020 sans être exceptionnel, c »est une capacité qui fait sourire les wheelers plus habitués à des chiffres 3 à 6 fois plus élevés ! Sauf qu’un vélo, il y a aussi des pédales, et on contribue à l’effort… Alors ça brouille un peu tout ! D’une certaine manière, il y a l’autonomie de la batterie, mais aussi celle du pilote !

J’ai choisi un parcours d’une bonne trentaine de kilomètres, mais avec 1800m de dénivelé positif. Les vosges du sud sont parfaites pour cela : je rejoindrai le plus haut sommet de la chaine, le Grand Ballon, à son petit frère (qui n’est pas du tout le second plus haut sommet mais plutôt le quatre ou cinquième…), le Petit Ballon. De l’ascension, donc, et autant de descente.

Moralité : c’est plus mon autonomie que celle du vélo que j’ai pu tester ! En roulant quasi exclusivement en mode « éco », j’ai fourni une belle part d’effort ! La batterie avait encore entre 20 et 30% de disponible (plus les 10% de sécurité), alors que moi j’étais bien rincée !

Sans avoir de réponse définitive puisque cela dépend d’énormément de facteurs, on peut dire que 35km et 1780m de dénivelé (mesurés sur mon Apple Watch), c’est tout à fait jouable à condition d’appuyer sur les pédales !

Laisser un commentaire

Retour haut de page