Nous l’avons tous vécu et subi de diverses manières mais il n’a épargné personne : le confinement du printemps 2020. Chaque soir en allant me coucher, après ne pas avoir pu mettre le nez dehors plus d’une heure pour me bouger un peu, je voyais mon pauvre Marcel garé, immobile, comme mort sur sa place de parking…

Revenons un an en arrière : au printemps 2019. Quand je décide d’acheter un fourgon aménagé, c’est après avoir passé des années à me documenter sur le sujet et sur la vie nomade. L’idée de transporter son petit cocon avec soi m’est apparue comme séduisante dès le départ. Quand j’ai fini par craquer sur Marcel, une petite partie de moi souhaitait qu’il devienne ma maison. Mais la voix de la raison reprenait aussitôt le dessus : « quoi, un véhicule, mais ce n’est pas une habitation voyons et que diront les gens et patati et patata ».

D’un côté, on sait qu’il faut profiter de l’instant car demain on ne pourra peut être plus. Et de l’autre le discours raisonnable qui clame qu’il ne faut pas céder à ses envies mais procéder intelligemment, les choses importantes d’abord. Cruel dilemme !

Et c’est là qu’arrive le COVID-19. Le confinement. La rupture totale de normalité. La privation de la liberté la plus élémentaire d’aller et venir comme bon nous semble. C’était la preuve que oui, tout peut effectivement s’arrêter demain !

Alors quand il a enfin été possible de se déplacer, j’ai pris mes cliques et mon van, et je suis partie.

La décision de faire de Marcel ma maison s’en est suivie de peu : donnons une chance à la petite voix qui aimerait habiter dans Marcel depuis le début !

Pour que cette maison mobile convienne à mes activités, j’ai procédé à quelques améliorations : panneau solaire, aménagement de la soute, etc.

Fin août 2020, j’ai rendu les clés de mon appartement. Tous mes cartons sont entreposés chez mes parents. J »ai pris ce qui m’importe vraiment avec moi dans Marcel et vive la liberté(1) !

(1) tant qu’elle durera, à l’heure ou je publie ce texte, la majeure partie de l’Europe est à nouveau confinée plus ou moins durement…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page