Situé en Espagne, dans la province d’Aragon, les Mallos de Riglos sont des formations géologiques surprenantes : grands pics rocheux surgissant du sol, sculptés par l’érosion, comme autant de flèches vers le ciel. Un spectacle surprenant dans lequel l’envie de rider est forcément énorme. Mais, les sentiers sont vite très techniques, et les applications de navigation comme Komoot n’ont pas su me proposer un parcours qui me convenait. Alors j’ai essayé une autre approche : celle de Strava, qui permet également de construire des itinéraires, mais de façon différentes et surtout sur une base de chemins inédite. Contrairement aux GPS traditionnels, Strava exploite les parcours de ses utilisateurs pour savoir ou il est possible ou non de circuler, par type d’activité. Voilà qui est intéressnt !

Tracer un parcours

Le tracé de parcours sur Strava est on ne peut plus simple : on dessine, littéralement, sur la carte a l’aide de son doigts le (ou les) endroits ou l’on souhaite passer et… la magie opère : Strava recherche les passages possibles et construit l’itinéraire avec cela. Aucun paramètre sur l’itinéraire, à part le choix entre vélo (tous types confondus) ou marche. Pas d’option pour éviter tel ou tel type de routes, sentiers, pentes ou quoi que ce soit.

Une fois le parcours généré, l’expérience s’arrête : on peut soit l’exporter au format GPX pour l’utiliser sur n’importe quel GPS tiers, ou se laisser guider par l’application Strava.

Aspect à la fois amusant et inquiétant : on ne sait rien de l’itinéraire, du dénivelé cumulé qui nous attend ou des pentes maximales. C’est totalement à l’aveugle.

En avant !

https://youtu.be/XeMvwYUdijE

Conclusion

L’itinéraire était globalement intéressant, avec une portion toutefois qui à mon sens n’aurait pas du être proposée : des passages dans la garrigue quasiment sauvage, est-ce parce que le sentier n’existe pas, ou est trop peu utilisée, je l’ignore. Heureusement ce n’était pas trop long, et n’a pas occasionné de prise de risque. Ce qui m’amène au second point, la découverte « en aveugle » du parcours. Si cette approche est amusante sur le papier, en pratique elle fait qu’on ne peut anticiper les difficultés majeures, notamment sur une discipline qui sort des sentiers battus comme le VTT. Parfois, savoir qu’un sentier est très voir trop technique permet simplement d’éviter de se mettre inutilement en difficulté, et est donc gage de sécurité.

Sur la ballade en elle même, comme vous avez pu le voir sur la vidéo le paysage est absolument dingue ! Rouler dans ces canyons ou plânent des dizaines de vautours à la recherche de leur dîner est incroyable. Niveau pilotage, la descente du Castillo de Marcuello est sympatihique et chahute bien, de quoi se faire plaisir ! Attention, c’est aussi un sentier de randonnée assez prisé, selon la saison vous ne serez pas seuls.

Laisser un commentaire

Retour haut de page