Un gra-quoi ?

Le vélo de Gravel est un vélo un hybride se situant entre le vélo de route avec son guidon cornu et le vélo tout-terrain léger. C’est un vélo destiné à rouler sur du terrain plutôt roulant —lisse— mais qui contrairement à son cousin de la route ne se limite pas à l’asphalte. Les surfaces plus naturelles comme les gravillons, la terre battue ou certains sentiers peu techniques lui sont parfaitement accessibles.

C’est un type de vélo qui sert souvent également à pratiquer la randonnée en autonomie, ou bikepacking, puisqu’il est la plupart du temps équipé de nombreux points d’ancrage permettant d’y fixer sacoches et gourdes en quantité parfois impressionnantes.

Le Norco Search XR A1

Voici donc le nom complet et barbare de mon vélo de Gravel. Je préfère l’appeler Rouge, en référence à l’un des personnages du jeu Fort Boyard, alter-égo quelque peu maléfique de la juge Blanche. Et puis, il —elle— est rouge !

Pourquoi avoir choisi celui-ci ? En grande partie car c’était à peu près le seul disponible —en occasion, pour le neuf ce n’était même pas la peine d’y penser— durant l’été 2021. Merci les pénuries. Mais il cochait également plusieurs critères que je m’étais fixés comme non négociables :

  • Un double plateau avant
  • Des freins à disque hydrauliques
  • Pas de cadre en carbone —trop rigide pour cette pratique
  • Un cintre typé route —car oui on commence à voir des cintres plats sur des gravel 🤨

Sa belle couleur rouge bordeaux ne m’a pas déplu, son groupe GRX était au dessus de mes attentes, et il était —presque— dans mon budget.

CadreAluminium
FourcheCarbone
GroupeShimano GRX ST-600
Plateaux46/30 dents
Cassette11 vitesses
FreinageHydraulique
Disques de frein160mm
Roues700c (même taille de jante que le 29 pouces en VTT)
PneusSchwalbe G-One Bite
Fixations3 emplacements porte-bidon
Sacoches avant
Sacoches arrière
Poids10,2 kg sans pédales

La position de conduite est un peu plus redressée que sur un vélo route, mais reste assez agressive malgré tout. Utile pour la performance, moins pour le repos de la guerrière sur les longues sorties.

Son groupe GRX est un véritable régal à l’utilisation. Les changements de vitesse sont d’une précision et d’une rapidité assez bluffante. L’avantage de ce groupe, étudié pour le gravel spécifiquement, est d’incorporer un double réglage de tension sur le dérailleur : le mode normal, qui convient pour les surfaces bien lisses, et un mode qui tend davantage la chaine et évite les déraillements intempestifs sur les chemins plus cabossés.

Mes upgrades

Première upgrade évidente : les pédales. Le vélo est fourni avec des pédales de démonstration en nylon excessivement mauvaises. Pour la pratique du Gravel, contrairement à celle du VTT, je préfère rouler avec des pédales automatiques : celles qui rendent solidaire avec le vélo, car elles permettent un meilleur coup de pédale.

Et comme le gravel reste un vélo à la recherche d’un bon rendement, je l’ai équipé de pédales avec capteur de puissance : les Garmin Rally XC 200. Chaque pédale est dotée d’un capteur de puissance séparé qui permet de mesurer séparément comment chaque jambe participe à l’effort : puissance développée, équilibre droite/gauche, phases de puissance, temps assise/en danseuse, etc.

J’ai également passé les pneus en tubeless, afin de mieux être protégée contre les crevaisons par la présence de liquide préventif dans le pneu, et de pouvoir rouler avec un peu moins de pression d’air. Juste un peu car avec un pneu aussi fin, il est impossible d’espérer avoir des pressions aussi basses qu’en VTT sans risquer gros sur la jante.

Laisser un commentaire

Retour haut de page