Une boucle typée enduro / all-mountain avec près de 7km de descente sur des sentiers avec tout ce qu’il faut pour s’amuser : de la pente, des épingles, des pierres et des épines de pins. 30km environ, pour 930m de D+.

DateFévrier 2022
MarquageJaune et Blanc (descente)
Distance30km
Dénivelé1000m
DifficultéTechnique : Modérée
Physique: Modérée à difficile
TraceTélécharger au format GPX
MédiaVisionner sur Youtube
Strava
Komoot

Point de départ : Torrijas

Située en Aragon, non loin de Teruel et proche du sommet Javalambre, ce petit village de montagne (1100m d’altitude) est une carte postale. A flanc de colline, ses maisons s’agglutinant autour de rues étroites, sinueuses et pentues. Mais nous allons partir dans la direction opposée, pour prendre la longue piste de terre en direction du Javalambre.

15km de montée

La piste, en excellent état, va nous amener progressivement durant pas loin de 15km jusqu’aux 1900m d’altitude ou se situe l’embranchement vers le Pico del Buitre. En continuant tout droit, on finirait par arrive au Javalambre, voire plus loin puisque les pistes ici parcourent des étendues immenses et désertiques.

L’ascension n’est pas réellement difficile, mais tout de même assez longue et par endroit la pente atteint les 10-12%. Plus nous montons en altitude, plus la végétation change : des cultures en plateau nous passons aux forêts de conifères entrecoupées de falaises et affleurement rocheux divers, avant d’arriver sur les paysages venteux et lunaires des cimes. Attention, le vent est souvent fort et plutôt froid là haut !

Un dernier kilomètre nous amène à l’observatoire, d’ou l’on peut prendre le sentier. Dans ma version je l’ai pris un peu avant, c’était d’après Strava le tracé le plus populaire.

Une première descente joueuse

Une fois les paysages contemplés, le ravitaillement avalé et les protections enfilées : c’est le moment de profiter de la récompense de toute cette ascension. La descente suit un parcours balisé PR (jaune et blanc) très facile à suivre. On rentre assez vite dans le vif du sujet avec des passages très fluides suivis de passages plus techniques avec ce qu’il faut de petites marches et autres obstacles à franchir. Rien d’insurmontable, mais de quoi se varier les plaisirs.

Puis on attaque la partie plus raide, ou il faudra bien gérer son freinage. Mais elle ne dure pas très longtemps et enchaine sur une section un peu déversante mais sans grand risque, avec ce qu’il faut d’épingles pour travailler sa technique. On finit cette première partie dans une pinède de jeunes arbres ou le sentier devient plus cassant, annonciateur de la suite.

Seconde descente plus rapide

La seconde partie, après le croisement sur la piste, est plus rapide quoique les sentiers sont souvent assez jonchés de pierres d’éboulement qui appellent à une certaine prudence. Mention spéciale pour le passage dans les formations rocheuses, très esthétiques et avec un sentier absolument délicieux pour en profiter.

Retour par la route

Là, c’est le point faible de la boucle : le retour par la route, et en montée quasi constante sur 6km… Je n’ai malheureusement pas trouvé d’alternative qui ne fasse pas exploser le dénivelé positif, car déjà là, ce sont près de 200 mètres à gravir qui nous attendent. Et sur le bitume en VTT, je reconnais que ce n’est pas très agréable. Heureusement, la route est belle et peu fréquentée.

Laisser un commentaire

Retour haut de page