Ca y est, j’ai envie de vagabonder. La gyroroue m’a donné le virus. Un bon virus ! Alors dans l’optique de pouvoir prolonger un peu mes escapades, actuellement limitées à des allers et retours à la journée, je me prends à rêver d’un van… aménagé… oui mais voilà, il y a le reste du temps aussi et j’ai plus souvent besoin d’une voiture que d’un van.

À la faveur de la nouvelle année 2019 qui commence, je décide de remplacer mon actuelle berline par un monospace, dans l’idée de pouvoir y apporter quelques menus aménagements pour y passer une nuit ou deux.

Mon choix se porte sur un Citroen C4 Picasso, bardé de plein d’options. Un véhicule d’occasion, mais à un tarif raisonnable. Je fais ce choix car au fond de moi je n’ai peut être pas encore le cran nécessaire à remplacer ma confortable BMW par une fourgonnette; mais c’est pourtant bien ce que je vise à approcher avec un monospace.

La chose la plus importante quand on bivouac, c’est le sommeil. Aussi, la première chose que je dois résoudre, c’est comment dormir dans cette voiture, de façon confortable pour ne pas être fourbue dès la première nuit.

Je démonte pour cela tous les sièges, sauf le siège conducteur évidemment. C’est parfaitement autorisé, même si cela me vaudrait une ligne au contrôle technique puisque je ne peux plus transporter le nombre de passagers indiqués sur la carte grise. Mais cela libère de la place, et permet d’arrimer une structure en bois au bâti du véhicule. Sur cette structure vient se poser un matelas de 70×200, dimension classique pour une personne. Cela rentre tout juste en largeur comme en longueur.

Pour le stockage, la limite d’espace se fait déjà sentir car si le véhicule semble volumineux, il est tout en arrondi ce qui est un cauchemar en terme de rangements. Je me débrouillerai pour tester avec deux boites en plastique d’une célèbre marque de meubles suédois.

Armée d’une épaisse couette, d’un camping gaz, de quelques victuailles et de ma fidèle gyroroue, me voici en route pour tester une première nuit dehors, en plein mois de février, dans ma voiture.

Première constatation : il fait vite très froid dans le véhicule ! Il n’y a aucune isolation, et une dois le moteur coupé, tout chauffage s’arrête. Passer la nuit à 5 ou 6 degrés n’est pas impossible, mais délicat avec mon équipement de « maison ».

Seconde constatation : on ne peut tirer de rideaux / volets. N’importe qui passant à côté du véhicule a donc une vue parfaite sur ce qui se trouve à l’intérieur. Pas totalement rassurant durant le sommeil, et surtout : on se lève avec les poules !

Troisième constatation : c’est vraiment exigu. Avec mon maigre équipement, il est déjà difficile de s’assoir pour diner par exemple, ou de se changer… Clairement, si la voiture offre un petit abri pour la nuit, tout le reste se fait « dehors » quand même.

Un test à moitié concluant donc. Il y aura besoin de bien plus que ces trois planches pour m’en sortir. Certes en été le problème du froid sera moindre, ce qui rendra tout plus simple.

Sauf que, et ça je ne le sais pas encore, pour l’été j’aurai un véhicule autrement plus adapté !

Laisser un commentaire

Retour haut de page